En direct du colombier de Serge Oboeuf

06 août 2017

Terminus

Perpignan signe la fin des concours internationaux de l'année et franchement il est le bien venu. Car c'est souvent le concours de trop pour nos vedettes.

En général, ce n'est pas le seul concours que font nos athlètes à plumes. Il s'ajoute à une série de concours, Pau et St Vincent, ou, Pau et Marseille, ou, "simplement" Barcelone et bien souvent c'est l'étape de trop pour les bons pigeons qui ont su déjà faire honneur à leur pigeonnier quelques semaines auparavant.

Mais voilà, les championnats sont ainsi faits et l'amateur "joueur" ne peut y échapper.

Certes, les amateurs satisfaits sur ce Perpignan, ne se rendent pas compte de l'effort que la bête a du fournir. Mais les autres, les perdants, s'interrogent et prennent conscience, du coup, que cette étape était de trop. Mais voilà il est trop tard, la bête a craqué et pourra t-elle revenir ?

A la maison, des 5 engagés, il manque toujours le 3ème inscrit, le 086935/11. En tête l'an passé sur Marseille (232ème nat) et Perpignan (59ème nat). Cette année classé à Marseille sur le matin, mais ne semblait apparemment pas avoir récupéré de l'étape phocéenne. En effet à l'inverse de l'an passé, il s'était pointé le lendemain à 6h43, signe d'un effort supplémentaire qu'il avait du fournir pour rester dans les temps au matin du 2ème jour. Mais voilà les souvenirs passés m'ont fait oublié qu'il n'était peut-être pas au top ce coup-ci. Espérons qu'il rentrera prochainement. 

Un Perpignan qui avait pourtant bien démarré avec bien sûr les premiers annoncés sur l'Est qui ne surprend personne, à la vue de ce maudit vent d'Ouest qui gaspille, une nouvelle fois, le plaisir des retours équitables.

Mais les premiers pigeons annoncées également sur la Normandie, laissaient supposer qu'un contingent avait pris la poudre d'escanpette pour se sortir du peloton qui filait à vive allure sur l'Est. Et pourtant les choses allaient se compliquer et la soirée du premier jour n'allait pas permettre de faire le plus gros du concours. Une infime quantité de pigeons étaient connus, que le gros du contingent Français étaient encore dans l'inconnu.

Ici il fallait attendre 9h15 pour voir arriver mon 1er le "901", 2ème inscrit. Il avait fait Marseille 15 jours auparavant en se classant 3ème au dépôt de St Omer. Une preuve de qualité certaine dans ce pigeon.

Puis à 11h49, OUF !, enfin mon 1er inscrit, le "701", mis à l'honneur récemment sur le journal colombophile "La France Colombophile" comme l'un des meilleurs pigeons Français sur Pau. En sachant qu'il aura en plus à son tableau de chasse ce Perpignan 2017. Il ne lui restera plus que Barcelone pour clôturer son sacré parcours de pigeon voyageur international. Mais là c'est une autre histoire qui ne me tente pas.

701

Voilà la vedette "Bodart"

Enfin à 12h54 le "317", un 3 ans, qui a su rectifier par rapport à St Vincent.

Ainsi se clôturait le concours, avec un 3/5 à la maison. Plutôt bien, à la vue d'amateurs de renommés n'ayant pas eu la chance d'en prendre seulement "un" sur leurs inscrits. Par respect pour eux, je m'abstiendrai de vous les citer. Et ne crions pas victoire nous pourrions être les prochains.

Le 5ème le "331", un 3 ans également en soirée.

Manque toujours le 3ème inscrit, mon "935".

Voilà la saison 2017 est close. Une saison qui avait plus ou moins bien débuté, mais qui dans l'ensemble se présente comme positive. Reste à digérer et à reconstruire les disparus. Positif aussi les 2 ans qui devraient pouvoir remplacer les vieux briscards restés aux champs d'honneur.

Maintenant place à un élevage de tardifs pour resserrer les liens "amoureux" en attendant les résultats des championnats Audomarois et nationaux. 

Une précision: Comme vous avez pu le voir sur les commentaires, on me demande mon avis sur les arrivées nocturnes de nos amis Hollandais.

Capture

Voici les 6 premiers annoncés à l'international

Ok pour les 4, 5 et 6

Mais pour les 1, 2 et 3

?????

Capture

Voici la neutralisation de 2016 qui doit être équivalente pour cette année.

Ce qui veut dire qu'entre vendredi 22h32 et samedi 5h37, le temps s'arrête, donc logiquement nos pigeons également. Or on voit bien que nos bêtes ne se soucient pas de nos barrières humaines imaginatives. Elles volent tant qu'elles le peuvent, surtout si on les habitue à faire ce genre de prouesses nocturnes.......Mais voilà, pour celles enregistrées dans ce créneau horaire de neutralisation, elle "volent" simplement, du synonyme "escroquer" du temps aux autres concurrents. Mais apparemment ça ne gêne personne, tout le monde il est beau et gentil.

C'est pourquoi je pense que le seul vrai concours significatif doit se situer sur des distances raisonnables, ni trop courtes, ni trop longues, avec des lâchers tôt et une neutralisation à revoir. Ou pour des raisons financières de transport et surtout pour ne pas laisser d'amateurs sur le côté, proposer en plusieurs palliers: concours d'amateurs de 600 à 800 km, de 800 à 1000 km et de 1000 à 1200 km le tout sur le même lâcher évidemment.

Mais voilà on est que client pour ces concours internationaux et incapable au niveau Français de faire l'identique au national.

Pas évident cette guerre des hommes et c'est dommage pour nous.

Posté par Serge OBOEUF à 22:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]


02 août 2017

Perpignan

Dernière ligne droite pour le sprint final au championnat de St Omer. Les marrons sont certainement cuits pour la 1ère place du podium Audomarois  Ce sera probablement pour notre dévoué et leader incontournable de la mise en loge, Michel Dubois. Mais rien n'est encore vraiment signé, car dans son ombre se profile un compétiteur "hors classe", Pascal Fournez d'Ames. Pascal n'a pas dit son dernier mot. Nous fera t'il les coups de Barcelone et de St Vincent avec sur ces 2 concours un 100% de réussite et en tête, lui permettant d'engranger une accumulation de points importante. Un 4/4 à Barcelone pour la 35ème place sur les 67 prix possible et un 5/5 à St Vincent pour le 89ème place sur les 109 prix possible. Mais attention que ça ne tourne pas en mauvaise "note" comme à Marseille où c'est un "0" pointé qu'il avait encaissé. Mais le manque d'intérêt de ce concours par les amateurs de la mise en loge en fait une étape peu intéressante pour ce championnat question points. Une brosse qui du coup ne semblait pas préoccupé notre champion d'Ames. Donc un "Poulidor" capable du pire comme du meilleur. Mais sa mine rassurée de ses derniers jours nous laisse supposer que ses pointeurs de St Vincent sauront refaire la même chose à Perpignan. Attendons le verdict.

Capture

Les 20 premiers sur les 81 inscrits

Pour Boeu Boeuf, un saut en avant de 9 places depuis Barcelone !

Et derrière assez loin, le Boeu Boeuf avec un petit groupe de poursuivants qui joueront du coude pour la troisième place du podium. Avec un avantage pour notre ami José Lecerf qui pour sa première année à St Omer semble avoir trouvé ses marques. Pour preuve, ses 2 première places sur Marseille et Narbonne. Puis Yves Thery qui aurait pu nous refaire le coup de Pau, mais malheureusement l'équipe est affaibli avec la perte de son leader à St Vincent ou Christophe Clabaux, calme et serein, un habitué des podiums internationaux. J'oubliais notre Gravelinois, Roger Sénicourt, qui malgré ses nombreux accidents de parcours (mortalité, perte et blessure) n'ai pas très loin du peloton de chasse et pourrait bien nous faire la surprise.

Bref, suspence pour la 1ère et 2ème marche, suspense pour la troisième marche. A suivre.

En attendant, c'est 5 pigeons qui y sont partis, 3 vieux de 5 et 6 ans et 2 vieux de 3 ans.

En 1, le "701", un 5 ans, revenu de Pau et St Vincent avec succès.

En 2 et 3 les "901" et "935", des 6 ans, tous les 2 à peine refroidis de Marseille.

En 4 et 5 les "317" et "331", des 3 ans, revenus en dehors des prix à St Vincent.

Voilà pour ce dernier concours 2017.

Posté par Serge OBOEUF à 15:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 juillet 2017

Examen réussi pour les 2 ans

Satisfait des 2 ans qui pour la première fois étaient acteurs d'un concours international. Rassuré également de la relève qui viendra combler les trous des vieux restés aux champs d'honneur cette année. Car c'est pas moins de 47% de perte. Sur les 24 vieux de début de saison, 11 ne sont pas rentrés de: Pau pour 3, de Barcelone pour 3 également et de St Vincent pour 5. Heureusement pas des têtes de file. Mais en majorité des jeunes générations, pour ce genre de concours, des 3 ans en majorité qui ne demandaient qu'à apprendre le "métier".  Aux 11, il faut rajouter également un vieux de 4 ans éliminé 5 jours après sa rentrée de St Vincent, pour cause de mauvaise récupération. Soit une équipe de vieux diminué de 50% de son effectif après seulement le 3ème inter sur les 6 au programme. Impressionnant.

DSC09947

le 1er compartiment des vieux avec ses 8 cases fermées sur 12 !

 

DSC09948

le 2ème compartiment des vieux avec ses 4 cases fermées sur 12 !

Alors je ne vous dis pas ma satisfaction de voir la relève se pointer aujourd'hui pour que dès la rentrée de Perpignan, les cases vides dans les 2 compartiments de vieux soient de nouveau occupées par cette équipe de 2 ans qui devrait être composée évidemment de 12 (4 de Narbonne, le 5ème rentré hors délai sera éliminé et 8 de Montauban sur les 9 partis. Le manquant de Montauban étant le "cheminée". Dommage, il me plaisait bien et c'est vrai qu'il n'aura pas eu la même préparation que ses compagnons de compartiment avec son escapade de 5 jours dans ma cheminée. Mais c'est comme ça, il faut bien continuer à avancer et peut-être qu'il sera de retour prochainement, car de la vitalité, il en a, il me l'a déjà prouvé.....

En attendant revenons à l'arrivée de Narbonne:

Le numéro 2 de la liste à 19h18, le "526", annoncé premier puis 2ème à St Omer et 77ème nat. Un fils du Batenburg Debruyne sur une femelle Cuvilliez. Aï, aï, aï ! le Batenburg Debruyne n'étant plus de ce monde...... Un accouplement de 2015, avec une femelle différente des précédentes années. Il est trop tard pour le père, mais la femelle est encore présente. Le "526" s'était classé à St Vincent ALC.

Le 3ème inscrit, le "100" à 19h45' annoncé 9ème à St Omer et 164ème nat. Made in Louis Delelis de Lespesse. Il s'était classé à St Vincent ALC.

Puis le 1er inscrit le "533" à 20h01' annoncé 14ème à St Omer et 216 nat. Un produit "maison", du vieux "Noir" sur la Bavencoff Hervé Noyelle. Il s'était classé également à St Vincent ALC.

Le lendemain matin à 7h37', le "564" annoncé 51ème à St Omer encore dans les prix au national. Origine des "Plumes Blanches" sur une Bodart. Il rectifie par rapport à St Vincent.

Le cinquième toujours manquant aujourd'hui lundi. Dommage pour lui ++++

Pour les 9 de Montauban le bilan n'est pas celui de Narbonne, mais peut-on comparer ?

Certes il n'y a qu'une bonne centaine de km en plus pour Narbonne. Mais les 4 nuitées + le contingent beaucoup plus important (4 fois plus) + ses directions éparpillées et différentes d'Est en Ouest dès le départ, en font un concours totalement différent. Et tout mettre à Narbonne ne me disait rien. Car j'ai toujours en mémoire le déroulement de celui de l'an passé où nos chers organisateurs avaient changé de lieu, "une heure avant", par un Carcassonne en les libérant à peine arrivés à 10h40, car il fallait bien faire la route. Et ne tenant absolument pas compte des effets dévastateurs d'un lâcher tardif en pleine chaleur effectué sur le Barcelone, quelques semaines auparavant. 

Donc par précaution les 9 pigeons de 2 ans restants étaient partis sur ce Montauban fédéral. En sachant que les premiers étaient déjà annoncés bien avant 16h00, voici la mienne:16h40, 45, 52, 17h09, 23, 48 puis 2 autres au soir et toujours mon "cheminée" manquant.

Donc nos 4 de Narbonne + nos 8 de Montauban, nous font nos12 remplaçants.

Maintenant il nous reste Perpignan, vont'il tous rentrés ? On verra ça la semaine prochaine.  

Demain c'est l'enlogement, on y reviendra.

Posté par Serge OBOEUF à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2017

Plus que rassurant

Un début de saison plutôt mitigé, et voilà que Marseille me remets un peu les pendules à la bonne heure.

5 pigeons enlogés et 5 pigeons dans le constateur, enfin des sensations plus que satisfaisantes, surtout sur un Marseille reconnu comme un Barcelone "BIS" français. D'ailleurs la faible popularité de ce concours sur la zone Ouest en est la preuve flagrante. Ce n'est pas le concours fétiche des amateurs de l'Ouest et pourtant il semble convenir à la majorité de ceux que j'ai enlogés: 2011 4/5, 2013 3/5, 2015 3/5, 2016 4/5, 2017 5/5. Une bonne base à travailler.

C'est le "901" qui se pointe le premier à 19h27. Retrouvé perché sur le toit pendant un court moment d'absence, qu'il me fait d'ailleur remarqué en effectuant, malgré ces plus de 12 heures de vol, un petit tour d'honneur, histoire de me montrer certainement la façon qu'il était arrivé avant d'être obligé de se poser sur le toit, faute de planche abaissée. Annoncé à la 1ère place à St Omer, mais vite doublé par 2 autres compagnons de voyage sur la même trajectoire avec Christophe Clabaux d'Halline puis José Lecerf de Guines. Positionné provisoirement à la 30ème au national et la 103ème à l'international.

Capture

Parti 3ème ce coup ci, suite à son retard à Pau, pourtant enlogé comme premier de ma liste de 12, il a su redresser la barre 4 semaines plus tard. L'année passée il m'avait fait l'inverse, en tête à Pau (63° nat et 210° int) pour loupé à Marseille, le voyou ! Que me fera t-il l'an prochain ?, c'est pas grave, vous vous doutez que..........je m'en contenterai.

Comme je le disais dans un autre commentaire, il est issu de mes Bodart, une de mes origines qui ne cesse de me satisfaire.

Capture

Le "901" avec ses 4 participations à Marseille, 3 fois primés

Puis à 21h43 avec le "917" issu de mes "Plumes Blanches", le dessus de sa queue légèrement déplumée, vous imaginez le tableau, certainement face à un rapace.

Capture

Il faudra lui ajouter un 5ème "Pastis," l'emblême de Marseille

A 6h48 le lendemain avec le "935" de 2011, en tête l'an passé sur Marseille et Perpignan, il est frère du "901".

8h40 le "835" de 2013 un fils du "Débagué", une première à Marseille pour lui.

Enfin le "274" de 2014 à 9h59, également une première pour lui. C'est un fils du "701", toujours de la lignée des Bodart.

Voilà le tout est dit. Combien agréable à vous détailler.

Maintenant place à Narbonne, où j'ai revu ma copie pour n'en mettre que 5 des 14 envisagés. Les 9 autres iront à Montauban et ses plus de 700 km.

C'est donc 5 nouveaux pigeons de 2 ans qui y sont partis, avec comme dernière épreuve importante, celle de St Vincent (800 km) des ALC du 1er juillet. Les 3 premiers l'ont réussi, les 2 autres (4 et 5) devraient rectifier. On verra bien.

Pour les yearlings partis ce week end à St Junien et Agen, le bilan n'est pas concluant. Pas faute de résultat mais de condition de déroulement des concours, presque du 1500m/m. Un très fort vent de Sud Ouest au départ, pour terminer la fin du parcours avec autre vent d'Ouest encore plus puissant, à vous décoiffer le Boeu Boeuf. Donc pour moi, impossible de peaufiner la sélection. Compliqué cette affaire de triage.

La fin de saison approche, ouf !

Posté par Serge OBOEUF à 23:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 juillet 2017

Marseille

Pas d'inquiétude, Boeuf Boeuf y'est pas mort, blessé mais pas abattu. Et vous savez tous qu'une bête blessé est encore plus dangereuse (lol).

Non, je vous dis ça suite aux commentaires de gens qui s'interrogent sur mon silence concernant les dernières arrivées du week-end dernier.

Certes, Pau avait plus ou moins bien commencé. Barcelone, n'en parlons plus. St Vincent aurait pu être plus intéressant. Mais voilà les 1, 2, 4, 6 et 9 ont répondu présents. Heureusement les "Bodarts" et les "159" sortent du lot. Par contre les 3, 5, 7, 8, 10 et 11 m'ont fait défaut et la pilule ne passe pas très bien pour eux. Mais ça aura le mérite d'y voir un peu plus claire pour l'avenir. Déjà les 10 et 11 rentrés aujourd'hui n'auront pas l'occasion de rester dans l'équipe 2018. C'est idem pour le Batenburg/Debruyne chez les reproducteurs dont 3 fils étaient partis à St Vincent et n'ont pas eu l'occasion de se distinguer, 2 autres à Barcelone non plus. N'en reste plus qu'un qui lui aura réussi Pau et St Vincent. Une médiocre réussite depuis 2012. L'origine se verra donc retirée des reproducteurs.

Vous allez me dire que je prends des mesures expéditives ? Oui ! peut-être, c'est l'occasion de se remettre en question. Et à voir la concurrence, il n'est plus possible de rêvasser ou de se faire des idées de "peut-être". Seuls les résultats comptent. Pourquoi certains sont là et d'autres non? C'est avec les certains qu'il faut continuer à travailler.

Si je regarde les résultats des amateurs qui me sont familiers, leurs 100% de réussite frôlent l'indécence vis à vis des amateurs qui, comme moi, ne sont des novices en la matière. Et pourtant, chez eux, que ce soit pour Pau, Barcelone ou St Vincent, leur totalité de pigeons engagés ou presque reviennent pour se faire officialiser sans difficulté apparente. La seule réaction que l'on peut avoir, c'est de reconnaître qu'ils sont impériales. Bravo les copains ! (Pascal, Samuel, Joël, Michel, Marcel, Nicolas, Arnaud, ....) et certainement d'autres qui ne me viennent pas à l'idée.

Une saison dans les inters à oublier, pour l'instant. Et du coup, bien des choses seront à corriger pour l'an prochain. On aura l'occasion d'y revenir.

Je pourrai me consoler, attendre et ne rien changer dans ma façon de travailler au regard des amateurs qui comme moi sont en dessous de leurs niveaux habituels. Non ! c'est pas la solution pour évoluer. Rien n'est acquis, rien n'est facile, il faut toujours se remettre en question. Les bons résultats ne tombent pas du ciel. Ils sont parfois incompréhensibles comme pourrait l'être l'inversse, les mauvais résultats. Nos pigeons ne sont pas des machines et nous pas des robots, rien ne se répète automatiquement.

En tout cas la baisse de mon effectif sera déjà ma première préoccupation et franchement j'en suis décidé, pour de multiples raisons. 

Ce week-end sera décisif pour les 26 yearlings d'Agen et de St Junien. Après un 7/23 à Châteauroux CALC.

Puis viendra le tour des 14 mâles de 2 ans de Narbonne. Après un 6/13 à St Vincent CALC.

Perpignan clôturera le nombre concernant les vieux. (pris dans ceux de Barcelone, St Vincent et peut-être Marseille).

Quant à la quarantaine de jeunes, là aussi la sélection tiendra compte de la prestation de leurs frères aînés.

En attendant, restons concentré sur Marseille où 5 mâles de: 2011 (3), 2013 (1) et 2014 (1) sont partis pour un nouveau challenge.

Bonne chance à tous.

Posté par Serge OBOEUF à 22:34 - Commentaires [10] - Permalien [#]


13 juillet 2017

St Vincent

On est dans l'attente de St Vincent que Barcelone occupe encore mon esprit. C'est un peu comme dans le film tiré d'une histoire vraie; "Omar m'a tuer" la phrase d'accusation retrouvée en lettres de sang près du corps de Ghislaine Marchal, découvert sans vie par les gendarmes dans la ...

Là je pourrais dire, "Barcelone m'a tué" bien que la ressemblance est démesurée. Mais c'est pour vous dire l'impacte que peut avoir un concours catastrophique sur un petit colombophile de Burbure.

2 sont rentrés, le 1 et le 3. Manque encore les 2, 4 et 5. Et pourtant j'ai toujours l'oeil pointé sur la trappe dès mon retour d'une quelconque absence. C'est plus fort que moi. J'ai de plus en plus de mal à perdre "bêtement" mes bêtes. Et les témoignages d'autres colombophiles touchés ne font pas pour me remettre en scelle aussi facilement. Le dernier témoignage de notre champion français, Gery Etuin, en est la preuve. Après avoir récupéré son N°1 le fameux "Narbonne I" au Crotoy, signalé par de braves gens du coin, celui-ci a cessé de vivre lors du retour au colombier, bientôt dans les mains mêmes de son propriétaire. Quelle fin tragique pour une vedette.

Pourtant les St Vincent sont partis, comme si de rien n'était. En espérant qu'ils seront en capacité de me remettre en piste. Une belle petite équipe de 11 pigeons, plein d'avenir qui devrait être au RDV.

1- Le "701" mon deuxième arrivé de Pau. Il était prévu pour Marseille, mais il est parti à St Vincent. Histoire de marquer quelques points aux championnats, chose que j'avais déjà réalisé l'an passé avec le "723", mais que j'ai perdu......En espérant que l'histoire ne se répétera pas.

2- Le "273" mon premier de Pau.

3- Le "862" ne m'a jamais déçu.

4- Le "314" classé à Pau.

5- Le "283" un nouveau.

6- Le "317" un nouveau.

7- Le "831" un rescapé de Barcrelone 2016 (rapatrié d'Amiens par un ami).

8- Le "338" un nouveau.

9- Le "331" un nouveau.

10- Le "832" un rescapé de Barcelone 2016 (rentré plusieurs semaines après)

11- Le "319" un nouveau.

Voilà ma petite équipe pour cette étape de St Vincent.

Concernant Marseille, 5 sont au vestiaire. Un dernier entraînement aujourd'hui sur Amiens, histoire de garder la forme avant le départ de lundi prochain.

Les 14 pigeons de 2 ans en attente de Narbonne sont en récupération de St Vincent des CALC avant de faire un dernier échauffement en vitesse ce week-end.

Les 26 yearlings, après Brive et Châteauroux sont en phase de sélection sur une dernière étape pas encore définie (St Junien ou Agen des CALC).

La trentaine de jeunes se fait du "gras" avec de l'eau, du grain et de la liberté.

Et moi je gratte au matin et au soir et je ne suis le seul.

Capture

Posté par Serge OBOEUF à 23:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 juillet 2017

Houps !

Capture

Vous êtes plus de 500 visiteurs a avoir visité mon blog aujourd'hui, certainement en attente de me lire, faute de me voir apparaître sur le PIR3 du CIF concernant l'arrivée de ce Barcelone 2017. Alors par politesse, je vais m'efforcer à vous donner sur le vif, ma triste analyse.

Oui j'ai joué ce Barcelone et inutile de vous dire que ce week-end a été interminable pour moi.

Lâchés depuis vendredi matin, on est dimanche soir 20h00 et toujours rien pour moi et ce concours qui n'en finit pas. Peut-être ce soir ou certainement demain lundi pour les derniers, on verra enfin le bout de ce concours meurtrier me concernant.

Tous mes amis "proches" ont fait honneur à leur pigeonnier. Blessant en un premier temps, mais très vite content en les imaginant voir arriver leurs pigeons dans les temps.

Me concernant, j'en faisais déjà pas ma tasse de thé, mais alors là c'est certainement un rejet de ma part pour les années à venir. Mais pourquoi ?

1- C'est pas possible, ils n'étaient pas bien, tu n'as rien vu ? Peut-être, mais si vous avez l'habitude de lire mes commentaires ou de me suivre sur les résultats et championnats, je ne pense pas être un très mauvais amateur. Je me défends avec parfois des bons coups. Mais là pour ces 5 pigeons, rien ne m'a parut anormal. Nez blanc, volées normales, plumage soigné, comportement normal, pas de tricho apparente dans la bouche, rien de louche ..............BORDEL ! Une préparation comme d'habitude, où la femelle "amoureuse" vient lui souhaiter un bon voyage en lui chuchotant dans l'oreille; revient vite.....mon coeur !   

2- Non la raison est certainement que je n'ai pas les pigeons pour ou pas la méthode adaptée. Peut-être trop sentimental. Car quand on réfléchit bien, combien vont encore rester en route. Certes les prix seront enlevés, mais ça représente 1/4 et là on parle de plusieurs milliers de "bêtes". Admettons qu'un autre 1/4 ne soit pas sur les résultats mais soit rentré au bercail. Ça nous laisse encore au moins 1/2 des engagés qui ne rentreront pas ou peut-être une partie dans les jours à venir complètement vidés. Pourtant ce ne sont pas des jeunes. Ce sont des vieux pigeons de 2 ans pour certains, mais 3 ans et plus pour la majorité. Des vieux pigeons pourtant aguerris mais qui resteront malgré tout sur le tapis. Et pourtant ce concours attire du monde. Il faut dire qu'il peut rapporter gros mais à quel coût. Etonnant qu'il soit encore toléré par ces associations de défense de l'annimal qui se font entendre de plus en plus de nos jours où l'animal est reconnu comme "êtres sensibles". Vous allez me dire que je dis ça par déprime. Peut-être, mais faite le point chez vous et comptez combien sont restés en route depuis que vous jouez Barcelone. C'est peut-être ça mon handicap, la peur de mettre les meilleurs au risque de les perdre assurément ?

3- Faut-il mettre ses meilleurs ?. Mon équipe n'était pas extra, loin de là. 3 l'avaient déjà fait l'an passé avec brio, mais 6 étaient déjà restés en route. Cette année les 3 anciens ne sont toujours pas là et les 2 nouveaux en prévisons pour l'avenir ne sont toujours pas là également. Quoi penser ? Peut-être que le plus dur pour un bon pigeon, digne de ce nom, c'est de récidiver. Les miens n'ont pas su le faire. Alors basta, ils m'ont dupé. Mais quand même pas un me paraît invraisemblable, et pourtant... 

Pourtant et comme toujours dans toutes les épreuves périlleuses, des équipes s'en sortent avec honneur et sans grabuge. Alors pour les heureux de ce Barcelone 2017, je leur dis BRAVO ! et qu'ils en profitent jusque l'année prochaine où il faudra remettre les pendules à zéro avec également leur trouillomètre une nouvelle fois à zéro.

Capture

Chapeau à tous les premiers désignés qui ont été constatés, qui bien souvent sont des pigeons qui ont gagné cet honneur en ayant récidivé sur cette épreuve Catalane.

Chapeau également aux amateurs qui font de ce concours, leur concours phare et qui dans la majorité arrivent toujours à tirer leur épine du jeu. Si on peut appeler ça un jeu. 

Quant à moi, joueur des championnats internationaux, ce concours est incontournable. De 5 engagés cette année, il faudra revoir ma copie pour ce qui est d'effectif et de préparation.

En attendant il faut se concentrer sur St Vincent de dimanche prochain et essayer de vite oublier ce Barcelone 2017 de ......

Au fait je vais aller voir si j'en ai un.....petit de rentré.

Posté par Serge OBOEUF à 19:47 - Commentaires [8] - Permalien [#]

07 juillet 2017

9h05, Go Go pour ce Barcelone 2017

Liberation Barcelona 2017

 

Capture

 

Capture

 

Capture

 

Capture

Que dire, si ce n'est que personne ne sera épargné

Certainement un Barcelone de qualité

Bonne chance !

Posté par Serge OBOEUF à 15:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juillet 2017

Barcelone 2017

Le récent Pau 2017 est déjà rangé dans les cartons que le Barcelone 2017 se pointe à l'horizon.

Malgré un pigeon en tête l'an passé, l'étape n'est vraiment pas dans ma liste de favoris. Mais qui pourtant a son importance dans tous les championnats des inters. L'épeuve Catalane de 2016 m'a vraiment fait mal et me laisse encore avec un sentiment de rancune envers ces dirigeants et responsables de ce lâcher de "M...".

Petit rappel.Voici le message qui était diffusé sur PIPA "Lâcher à 11h15 le samedi 02 juillet. Conditions météo durant le lâcher: vent faible, beau, vent d'est, bonne visibilité. Conditions météo le lâcher prise durant: vent Faible, beau, vent d'est bonne visibilité". Ils auraient pu rajouter: très très forte chaleur au sol !

Bon, malheusement l'affaire est classée sans suite et ne l'oublions pas nous ne sommes que "clients".

Me concernant, cette année, c'est le minimum syndical qui partira pour cette étape.

5 seront engagés, 2 nouveaux et 3 qui étaient de la partie l'an passée.

110859 2013 - Copie

Le 110859/2013

1 - 110859/2013, le bleu "859" du couple Bavencoff  / Noyelle / Plume Blanche, classé 1er à St Omer, 1er groupement de Bethune, 6ème au national et 34ème à l'international parmi 17 729 concurents.

2 - 110848/2013, l'écaillé "848" du couple Batenburg / Debruyne / Plume Blanche, classé l'an passé

3 - 110862/2013, l'écaillé "862" du couple Bodart / Thorel, classé l'an passé

4 - 303293/2014, l'écaillé "293" du couple Batenburg / Debruyne / Plume Blanche. Classé sur Narbonne l'an passé. Une première pour lui.

5 - 303288/2014, le noir "288" du couple Noir / Plume Blanche. Une première pour lui.

La suite dans 8 jours..........et que les meilleurs l'emportent

Posté par Serge OBOEUF à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2017

Faut il l'appeler "le rescapé"

Une histoire qui finit bien, que je vous raconte.

Le week-end dernier était marqué à la fois par le retour de Pau et mon obnubilation sur d'un oiseau tombé dans ma cheminée.

En effet, mercredi passé le 21 juin au matin, lors d'une volée matinale habituelle, un pigeon de 2 ans manquait à l'appel. Le 284567/15, un 18 mois issu de mes reproducteur, du "159" plus exactement. Force d'accepter ce constat, je m'en faisais une raison, un rapace, un accident, bref "la malchance".

Mais dimanche vers 13h00, petit roupillon quotidien dans le canapé de la salle à manger. Un moment de relax, bien mérité, mais très vite perturbé par un bruit bizarre d'oiseau en détresse se débattant au niveau de la cheminée. J'en étais sûr, c'était mon 2 ans manquant qui était tombé dans la cheminée du toit entre la buse et le boisseau. Après plusieurs tentatives de démontage de l'insert, il fallait bien s'y résoudre, la bête était bien condamné à mourir chez moi dans mon "foyer".

DSC09855

Façade insert côté salle à manger

d'où le bruit venait

Lundi, nouvelle tentative de sieste et rebelotte l'oiseau me faisait comprendre qu'il était toujours là et bien vivant après 5 jours de cachot sans boire, sans manger et sans espace.

Sans attendre, je passai un coup de fil au chauffagiste, pour qu'il vienne me conseiller sur la chose. Et malheureusement dès son arrivée, il me confirma que l'affaire était "cuite", impossible de démonter l'insert.

C'est ma fille qui, présente à ce moment là, nous conseilla de regarder sur l'arrière. Car il faut savoir que l'insert est venue prendre place après plusieurs années où la cheminée était centrale aux 2 pièces, salle à manger et cuisine. Donc une fois l'insert posée côté salle à manger, la face cuisine avait été bouchée par des blocs yton, genre de bloc cellulaire isolant.

Ni une ni deux, les blocs situés sous la dalle d'origine étaient mis en miettes sous ma détermination à vouloir coute que coute sortir la bête de cet enfer.

DSC09852

Côté cuisine à l'arrière de l'insert

DSC09850

Le petit passage de récupération à l'arrière de l'insert

Et devinez; le 284567, mon écaillé noir était bien coincé entre le tubage et la brique avec ses pattes posés sur l'insert (heureusement que nous sommes en été).

Pas trop abîmé, un peu poussiéreux, mais pas trop fondu et pourtant ça faisait bientôt 6 jours que l'oiseau était séquestré.

DSC09856

Notre rescapé

Vite remis en liberté où il effectua quelques tours d'honneur avant de reprendre sa case avec acharnement et boire enfin la potion que je lui avais préparé avec "soulagement " (eau, bicarbonate et sucre). L'équivalent d'un verre à vin a disparu d'un seul trait, puis les petites graines ont pris le relais.

Déjà le lendemain du sauvetage, l'animal semblait naturel, comme si de rien n'était. Mais par respect, l'écaillé noir "NOIR" ne fera pas partie de l'équipe de 2 ans prévue pour St Vincent ce week-end. Il aura bien le temps de me surprendre encore. En tout cas il marque un 10/10 sur l'échelle de la vitalité naturelle, un critère plus qu'intéressant pour la suite des évènements.

Petit anecdote qui m'a certainement motivé dans cette affaire de sauvetage, c'est qu'après analyse des pigeons constatés de Pau, le 1er constaté à 18h01, le 303273/14, 2ème à St Omer, 37ème au national, qui est un fils également du "159", se révèle être le propre frère du 284567/15, notre fameux rescapé de la cheminée. 

DSC09862

Son frangin, 1er tombé à Pau

Voilà à quoi peut se résumer un agréable lundi, après le passage d'un week-end maussade avec la perte de 3 pigeons.

Mais je suppose que vous avez tous une autre histoire similaire ou aussi rocambolesque, à raconter. C'est tout ça aussi la colombophilie.

A bientôt 

Posté par Serge OBOEUF à 22:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Un goût d'inachevé

C'est un peu le sentiment ressenti au dépouillement de Pau. Certes il ne faut pas négliger les prouesses réalisées par les amateurs qui ont su mettre leurs bolides, samedi, sur le bon couloir de la piste. Car il fallait la tenir la ligne avec ce vent de "....." pour espérer être au top 10. Un poil de "nénette" à côté et hop ! il était trop tard pour rectifier, c'était foutu pour ce coup-ci. D'ailleurs de grosses écuries en ont été victimes.

Le mytique, l'emblématique, le symbolique Pau balayé d'un coup par un Mont de Marsan. Car nos organisateurs, à la vue de la météo annoncée médiocre sur Pau, avaient à juste titre, changé de lieu de lâcher. Mont de Marsan était le nouveau lieu propice au lâcher du samedi.

Pau 831 km, Mont de Marsan 769 km, une étape raccourcie de plus de 60 km, soit environ 1h de vol en moins, est-ce raisonnable pour un inter ?

Résultat certains amateurs et concurrents à la fois se retrouvent avec des distances inférieures à 675 km, est-ce raisonnable pour un inter ?

N'était-il pas plus raisonnable de partir sur Tarbes ou Bayonne pour garder cette base des 800 km.

Peut-être que NON apparemment, on en saura plus plus tard.

Sinon ici le bal avait bien commencé avec un pigeon à 18h01 le 303273/2014, un fils du "159" (Maison / Bavencoff X  Mana Eva / L. Thorel). Annoncé 2ème à S Omer et 37ème au national, derrière Mister "Freud" de Lespesse (62190). Un sacré coulon celui là, que du bonheur pour l'ami Yves Thery.

159 2

Le "159"

Puis 6' plus tard à 18h07 le 152701/2012, un pur L. Bodart. C'était déjà fait connaître au Marseille de 2015. Annoncé 3ème au départ, mais rectifié 4ème par la suite et 53ème au national

Et puis le gouffre jusqu'à 18h59, 19h26, 19h37, 19h50 et le dernier pour la journée à 19h58. 2 autres au matin et manque encore 3 pigeons, 1 de 4 ans (il avait à son actif, Agen inter, Narbonne, Pau et St Vincent soit 4/4 aux inters) et 2 de 3 ans, dont un primé à Narbonne de l'an passé. ils ont dû commettre la faute cruciale ??. C'est ça aussi les inters, ça ne pardonne pas, c'est le prix à payer pour y participer et c'est non négociable.

Avec un peu de chance, certainement 4 ou 5 prix au national et peut-être 7 à l'inter. Résultat correcte mais au niveau des désignés bien classés, peu faire mieux: 9ème, 2ème, 11ème, 3ème, 4ème, 1er, 10ème. Les 6 et 7 au matin, manquent les 5, 8 et 12. 

Une partie ira à St Vincent, l'autre à Marseille. Mais laissons passer Barcelone avant. 

Posté par Serge OBOEUF à 00:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]