Certains pensent que la méthode alaire, c'est du vent, ils ont le droit à condition que leurs noms soient souvent mis à l'honneur sur les résultats, si c'est le cas tant mieux pour eux, c'est que leur méthode de sélection est différentes, mais que peut être, sans le savoir, leurs pigeons seraient primés dans une exposition alaire, allez savoir !!

Pour ma part, cette méthode fait partie des critères de ma sélection. J'y suis surtout attentif pour la sélection des pigeons qui ne se sont pas réellement montrés la première année de voyage. Si pour ces pigeons il m'est difficile de les juger sur le résultat, le courage, le mental, la résistance, je prête une attention particulière sur le jugement de la méthode alaire, celle qui me permet de dire qu'ils sont équipés du bon outil c'est à dire d'une aile favorable au meilleur rendement sportif, donc ils méritent de rester une année supplémentaire dans l'espoir qu'ils se manifestent. Tandis que pour ceux qui se sont honorablement classés, je n'y prête pas attention, car je pense qu'il ne faut pas être plus royaliste que le roi, si ils marchent ils restent.

Ainsi j'ai profité d'une exposition avec jugement par la méthode alaire pour y présenter tous mes jeunes mâles, les 28, histoire d'avoir une idée sur ceux à sortir. C'est Jack Hardy, le pèlerin de la méthode alaire, qui était le juge. Un homme incontournable dans ce domaine avec la volonté de nous aider à gagner du temps en sélectionnant les pigeons les mieux équipés à l'épreuve sportive. Merci M.Hardy.