Qui ne connaît pas cette pub, surtout en ce moment où nous sommes dans un pic élevé concernant la grippe et la gastro. Quel rapport avec nos pigeons, aucun concernant ces 2 maladies, mais c'est pour en venir à l'utilisation des antibiotiques chez nos pigeons. De plus en plus j'entends parler lors de conversations entre coulonneux que "Paul" utilise tel antibiotique, que "Jacques" utilise tel autre antibiotique et que "Pierre" utilise encore un autre antibiotique. Alors je m'interroge sur le bien faît de ces produits, est-ce, la colombophilie d'aujourd'hui et doit-on travailler avec ceux-ci pour espérer être ou rester dans le peloton de tête, et à quel prix ??

Personnellement je pense que "non" mais je n'en suis pas si sûr car la durée des concours d'aujourd'hui est de plus en plus courte et peut-être que ces antibiotiques y sont pour quelque choses. Les pigeons dans les paniers sont au top, les yeux sont brillants, le plumage est luisant et bien moulé sur le corps et les pattes sont super propres, bref tout le monde soigne et pas étonnant que les prix soient si vite enlevés. Mais un entretien avec Tony Savary rencontré dernièrement m'a permis de renforcer mon opinion sur l'utilisation de ces antibiotiques. Tony trouve son plaisir uniquement dans les épreuves de grand fond, c'est un admirateur et ami de M. "Barcelone" (André Déguillage). Tony est persuadé que pour durer dans le temps, à part les traitements traditionnels non répétitifs contre la tricho, la coccidiose, les vers et le Baytril à raison d'une fois l'an pour les "blanchir", comme il dit,  il faut proscrire les antibiotiques et laisser le pigeon s'en sortir seul, il n'en sera que plus résistant pour l'avenir. Je n'irais pas jusqu'à ce stade car j'essaie toujours de connaître la cause du problème afin d'aider un peu le pigeon à s'en sortir. Mais il est vrais que posséder de bons pigeons mais fragiles coûtent très chers, en frais de vétérinaire et de produits, surtout si l'on veut impérativement des résultats et on a certainement tout à gagner en laissant parfois le pigeon lutter seul afin de se créer une souche résistante et solide qui n'aura pas besoin d'ingurgiter une "pharmacie" avant de partir au concours.

Au pigeonnier actuellement, je prépare la saison 2009, les jeunes mâles commencent à intrégrer leurs pigeonniers de jeux, 16 dans celui des célibats et 8 dans le pigeonnier des reproducteurs ceux-ci ayant été mis dans un autre pigeonnier avec volière chez mon voisin. L'équipe de jeux 2009 devrait être constituée de 28 vieux veufs et de 24 yearlings dont 16 célibats et 8 veufs, soit un total de 52 mâles à jouer.

Question soin, rien de spécial, la mue se terminant, je commence à donner du mélange hiver en attendant de passer au mélange élevage 8 jours avant de raccoupler. Je m'oriente plus sur un rapprochement des couples vers la chandeleur, c'est à dire début février.