Perpignan signe la fin des concours internationaux de l'année et franchement il est le bien venu. Car c'est souvent le concours de trop pour nos vedettes.

En général, ce n'est pas le seul concours que font nos athlètes à plumes. Il s'ajoute à une série de concours, Pau et St Vincent, ou, Pau et Marseille, ou, "simplement" Barcelone et bien souvent c'est l'étape de trop pour les bons pigeons qui ont su déjà faire honneur à leur pigeonnier quelques semaines auparavant.

Mais voilà, les championnats sont ainsi faits et l'amateur "joueur" ne peut y échapper.

Certes, les amateurs satisfaits sur ce Perpignan, ne se rendent pas compte de l'effort que la bête a du fournir. Mais les autres, les perdants, s'interrogent et prennent conscience, du coup, que cette étape était de trop. Mais voilà il est trop tard, la bête a craqué et pourra t-elle revenir ?

A la maison, des 5 engagés, il manque toujours le 3ème inscrit, le 086935/11. En tête l'an passé sur Marseille (232ème nat) et Perpignan (59ème nat). Cette année classé à Marseille sur le matin, mais ne semblait apparemment pas avoir récupéré de l'étape phocéenne. En effet à l'inverse de l'an passé, il s'était pointé le lendemain à 6h43, signe d'un effort supplémentaire qu'il avait du fournir pour rester dans les temps au matin du 2ème jour. Mais voilà les souvenirs passés m'ont fait oublié qu'il n'était peut-être pas au top ce coup-ci. Espérons qu'il rentrera prochainement. 

Un Perpignan qui avait pourtant bien démarré avec bien sûr les premiers annoncés sur l'Est qui ne surprend personne, à la vue de ce maudit vent d'Ouest qui gaspille, une nouvelle fois, le plaisir des retours équitables.

Mais les premiers pigeons annoncées également sur la Normandie, laissaient supposer qu'un contingent avait pris la poudre d'escanpette pour se sortir du peloton qui filait à vive allure sur l'Est. Et pourtant les choses allaient se compliquer et la soirée du premier jour n'allait pas permettre de faire le plus gros du concours. Une infime quantité de pigeons étaient connus, que le gros du contingent Français étaient encore dans l'inconnu.

Ici il fallait attendre 9h15 pour voir arriver mon 1er le "901", 2ème inscrit. Il avait fait Marseille 15 jours auparavant en se classant 3ème au dépôt de St Omer. Une preuve de qualité certaine dans ce pigeon.

Puis à 11h49, OUF !, enfin mon 1er inscrit, le "701", mis à l'honneur récemment sur le journal colombophile "La France Colombophile" comme l'un des meilleurs pigeons Français sur Pau. En sachant qu'il aura en plus à son tableau de chasse ce Perpignan 2017. Il ne lui restera plus que Barcelone pour clôturer son sacré parcours de pigeon voyageur international. Mais là c'est une autre histoire qui ne me tente pas.

701

Voilà la vedette "Bodart"

Enfin à 12h54 le "317", un 3 ans, qui a su rectifier par rapport à St Vincent.

Ainsi se clôturait le concours, avec un 3/5 à la maison. Plutôt bien, à la vue d'amateurs de renommés n'ayant pas eu la chance d'en prendre seulement "un" sur leurs inscrits. Par respect pour eux, je m'abstiendrai de vous les citer. Et ne crions pas victoire nous pourrions être les prochains.

Le 5ème le "331", un 3 ans également en soirée.

Manque toujours le 3ème inscrit, mon "935".

Voilà la saison 2017 est close. Une saison qui avait plus ou moins bien débuté, mais qui dans l'ensemble se présente comme positive. Reste à digérer et à reconstruire les disparus. Positif aussi les 2 ans qui devraient pouvoir remplacer les vieux briscards restés aux champs d'honneur.

Maintenant place à un élevage de tardifs pour resserrer les liens "amoureux" en attendant les résultats des championnats Audomarois et nationaux. 

Une précision: Comme vous avez pu le voir sur les commentaires, on me demande mon avis sur les arrivées nocturnes de nos amis Hollandais.

Capture

Voici les 6 premiers annoncés à l'international

Ok pour les 4, 5 et 6

Mais pour les 1, 2 et 3

?????

Capture

Voici la neutralisation de 2016 qui doit être équivalente pour cette année.

Ce qui veut dire qu'entre vendredi 22h32 et samedi 5h37, le temps s'arrête, donc logiquement nos pigeons également. Or on voit bien que nos bêtes ne se soucient pas de nos barrières humaines imaginatives. Elles volent tant qu'elles le peuvent, surtout si on les habitue à faire ce genre de prouesses nocturnes.......Mais voilà, pour celles enregistrées dans ce créneau horaire de neutralisation, elle "volent" simplement, du synonyme "escroquer" du temps aux autres concurrents. Mais apparemment ça ne gêne personne, tout le monde il est beau et gentil.

C'est pourquoi je pense que le seul vrai concours significatif doit se situer sur des distances raisonnables, ni trop courtes, ni trop longues, avec des lâchers tôt et une neutralisation à revoir. Ou pour des raisons financières de transport et surtout pour ne pas laisser d'amateurs sur le côté, proposer en plusieurs palliers: concours d'amateurs de 600 à 800 km, de 800 à 1000 km et de 1000 à 1200 km le tout sur le même lâcher évidemment.

Mais voilà on est que client pour ces concours internationaux et incapable au niveau Français de faire l'identique au national.

Pas évident cette guerre des hommes et c'est dommage pour nous.