Plutôt costaud cette entrée en matière dans les concours de fond.

Capture

Des conditions brutales pour une premère mise en condition

Un sacré décrassage

C'est vrai qu'il faut bien les lancer. Mais si possible pas de cette façon. Un saut de 530 km avec de telles conditions (+ de 30° alors que 2 jours avant on se les caillait et ce difficile vent de N/E) comme premier obstacle de la saison, devrait laisser des traces si une attention particulière n'est pas prise dès leurs arrivées. Et ce, même pour des sujets qui sont appelés à franchir la barre bien plus haute que ces "petits" 500 km.

L'équipe Boeu Boeuf en avait plein les "ailes" et elle n'était pas la seule à avoir souffert de cette mise en condition. Et pourtant c'était 15 vieux de 2 ans avec un St Vincent ou un St Junien dans les ailes l'an passé. Mais c'est vrai, c'est du passé.

Et j'imagine pour les 1 an jetés dans cette fournaise. Pas pour ceux qui ne se sont pas écartés de leur ligne, mais pour les novices pas ou peu expérimentés dans ce genre de retours à plus de 500 km qui se sont dérivés un peu.

Voici l'arrivée à Burbure des 15 vieux engagés: 14h,48, 48, 15h01, 04, 10, 36, 45, 16h10, 52, 52, 17h26 et les 5 autres dans la soirée. Pas brillant dans cette atmosphère bouillonnante. 5 prix.

Mes 24 yearlings étaient partis eux pour un Châteaudun (280 km) d'une journée. Là aussi pas de quoi crier "victoire". Mais pas non plus trop de dégat.

13h19, 24, 25, 40, 40, 40, 43, 52, 52, 57, 14h00, 09, et 11 dans l'après-midi, et le tout dernier du côté du Tréport. Chez M. Laurent Gérard, un brave bon vieux monsieur de 84 ans. Chez qui je suis attendu le plus vite possible pour le récupérer, sinon gare à mes oreilles. 6 prix.

Et c'est normal.

Maintenant place à St Junien fédéral ou Alençon en groupement. Mais attendons de voir si Madame météo aura toujours ses "chaleurs" en fin de semaine.