Pourtant les précautions semblaient avoir été prises, mais ce qui devait arriver, arriva.

Sur les 2805 pigeons français lâchés de Marseille ce jeudi matin, seulement une bonne centaine, en majorité des points cours, avaient réussi à rejoindre leur pigeonnier le jour même. Et pour nous à l'Ouest du N P de C, les 5 doigts d'une main suffisaient. Car ils n'étaient que 4 petits volatiles, mais combien grands parmi les autres, à s'être payés le luxe de rentrer chez eux avant minuit.

 Capture

1 à Arras à 21h05 chez Philippe Huyghe

1 à Gonnehem à 21h29 chez Joël Thorel

1 à Blingel à 21h58 chez Bernard Derollez

Et le dernier à Outreau, dans la pénombre de la côte, à 23h24 chez Franck Dusquenoy

Résultat de recherche d'images pour "chapeau"

Tout simplement: "CHAPEAU MESSIEURS"

Pour les autres, c'était l'espoir du lendemain. Un lendemain très matinal qui n'allait être piqué des vers. Avec des pigeons officialisés au compte goutte, il faudra attendre un peu plus de 16h de l'après-midi pour enfin espérer une clôture du concours au niveau national.

Dur dur à St Omer. Les Audomarois ne semblaient pas vouloir se réveiller et c'est jusque bientôt 20h00 que notre responsable aux appels répondait aux signalements des derniers survivants de cette folle journée, pour enfin clôturer le concours de notre mise en loge. La porte se fermait pour les autres, les 108 pigeons sur les 147 partants encore dans les airs à cette heure là.

Et pourtant des précautions avaient été prise !

Peut-on encore se fier aux prévisions météorologiques inappropriées à nos pigeons ?

Est-ce cela les concours internationaux de demain ?

Va-t-il falloir encaisser la perte de vieux pigeons pourtant bien souvent confirmés dans ce genre d'étape ?

Va-t-il falloir limiter ses inscrits pour espérer assurer une saison complète ?

Ne faudra-t-il pas revoir les championnats, où les 5 premiers inscrits pour les championnats vont devenir impossible à assurer pour les petites colonies. 

L'avenir nous le dira.

A Burbure, comme dans d'innombrables colombiers, c'était pas la joie. Des heures et des heures à scruter le ciel ou la trappe, des heures et des heures à l'écoute d'un quelconque froissement d'aile dans l'air, pour espérer enfin voir arriver un de ses protégés.

08h04 mon 4ème inscrit, mon premier du matin à Pau, un 3 ans d'origine du "Noir" sur la Bavencoff.

09h50 mon 3ème inscrit, mon 3ème du soir tombé à Pau, un 4 ans, un fils de l'As de Pau le "701" Bodart.

15h20 mon 5ème inscrit, avait loupé de peu à Pau, un 4 ans d'origine Debruyne sur une de mes "Plumes Blanches".

3 prix sur 6, soit 50%, je pourrai être satisfait et pourtant.

Mon 6ème inscrit ce matin.

Et incroyable, décevant et incompréhensible, mes 2 premiers marqués toujours pas rentrés:

Le "701" un 6 ans, il était toujours mon 1er inscrit, qui n'avait jamais loupé sur Agen, Pau, St Vincent, Marseille Narbonne et Perpignan. Une très lourde perte. Mis a l'honneur l'an passé au CIF comme "As pigeon" sur Pau 2016 et 2017. Très certainement encore cette année 2018, mais à titre posthume.

Le "917", un 7 ans, qui avait à son actif, plusieurs Pau et Marseille. Il avait d'ailleurs été déclaré "AS pigeon" Français sur Marseille ces 5 dernières années. Deuxième lourde perte.

Inutile de vous dire ma tristesse et pourtant, ils avaient pris des précautions.....Imaginez ce que ça aurait été si.....

Capture

En espérant les revoir pour rejoindrent le compartiment des "retraités"