Vu les performances pas très reluisante cette année de l'équipe, ce résultat sur Barcelone ne fait que confirmer une saison 2019 difficile.

Seulement 3 vieux y était engagés, des 2015, classés déjà pour certains sur Barcelone et Perpignan 2018. Mais voilà quelque chose les gênent cette année pour pouvoir s'exprimer selon leur vrai valeur.

1 seul est rentré après la fermeture, vers 14h30. Pas des plus affaibli, mais avec ses pattes enrobées d'une épaisse couche de boue sèche. Ah! s'il pouvait me raconter son périple.

Dois-je me consoler sur le fait que d'autres amateurs et pas les moindres pour ce genre étape sont au même rang que moi, n'est pas la solution. Regardons plutôt les amateurs qui ont fait de cette étape "meurtrière" une vraie balade de santé, en particulier notre ami Tony Savary d'Ham en Artois pas très loin de la maison, pour ne citer que lui.

Certes ils ne sont pas nombreux ces oiseaux insoucieux des conditions rencontrées, mais ils sont là. Suffisamment pour clôturer ce concours dans un délai raisonnable. Des conditions de "non retour" gigantesques que Dame météo projette sur nos volatiles. Faut-il les citer pour vraiment se rendre compte à quel point ces "bêtes" revenus à la maison pendant ou même après le concours, méritent la révérence.

1- Un lâcher loin d'être matinal pour bénéficier d'une fraîcheur matinale providentielle en ce moment. Une des raisons essentielles de ce fiasco organisé. Un sujet de discutions qui peut se comprendre. Mais le résultat est là.

2- Une météo funeste, qui jours après jours bats ses propres records de la veille, que ce soit au niveau chaleur, foudre, orage, pluie, grêlon, vent, etc....

Beaucoup de cases sont encore vides ce matin. Le chiffre de 8 000 manquants sur les plus de 16 000 participants n'est pas exagéré. C'est la particularité de ce concours, où chaque "joueur" accepte la sentence Catalane qui passe au rang d'anodine lorsque l'on prend son billet de participation.

On est libre d'y participer ou pas. Mais ne faut-il pas pour ce genre de concours, bouleverser sa façon traditionelle de jouer. N'est-il pas plus judicieux d'y engager des pigeons au naturel, des mâles mais surtout des femelles, bien dans leur tête, reposés et sereins, où le seul souci de l'année est celui de ce seul concours annuel. Faire abstraction des stresses et angoisses des concours à répétition de début de saison, aussi bien pour les bêtes que pour l'amateur. C'est un choix, une autre façon de concevoir le sport colombophile où l'amateur spécialisé sur cette étape engrange son taux d'adrénaline annuelle en une seule prise, suffisamment pour patienter une année. Pourquoi pas, du moment qu'ils s'y retrouvent. Il en faut pour tous.

En tout cas bravo aux amateurs qui ont réussi et surtout bravo à leurs "surpigeons".

Ce même week-end il y avait Bergerac, où il aurait mieux fallu y rester pour goûter son foie gras avec son petit verre de Montbazillac plutôt que de vouloir le jouer avec nos pigeons.

7 de 2 ans du compartiment de Barcelone y étaient engagés. 18h46, 19h40, 19h46, 21h00 puis les autres au soir et un le mardi matin. Un pas mal classé, puis 2 autres encore certainement dans les prix. Une heure sans pigeon entre le 1 et le 2, comme bien souvent cette année. Au moins on en a pour nos sous.

Blois pour les yearlings. Ils étaient 17 célibataires à faire le voyage. 15h30, 40, 42, 44, 48, 50, 16h08, 21, 23, 40, puis les autres en soirée. D'après le résultat déjà établi, c'est 6 prix qu'ils réalisent. C'est pas mal mais laborieux pour les retardataires où 3 ont déjà été écartés.

Voilà mon bilan du week-end avec mes plus de 35 heures assis sur la même chaise.

mij

Elle est pas belle la vie de coulonneux

Et c'est pas fini, le week-end prochain c'est 5 nouveaux, des 2 ans, qui seront attendus de St Vincent.

Bonne semaine à tous.