En déplacement hier après-midi à Barlin, pour la remise des prix de mon groupement celui de Béthune, où d'ailleur chanteuse et danseuse partageaient la scène avec les champions 2019 de ces joutes en groupement. Une bien belle remise en grande pompe qui n'avait rien de ridicule à comparer à celles organisées chez nos voisins Belges réputés en la matière.

Mais au bar, où j'étais plutôt bien présent avec quelques amis dont Alain Pocholle, venu faire un petit coucou aux colombophiles de l'Artois, le sujet de conversation principale était, vous vous doutez bien: Dopage chez Bidule, dopage chez Machin, dopage chez Truc.

Ça me faisait penser un peu à l'actualité dont nous sommes assaillit à longueur de journée sur nos antennes. Des faits récents qui pourtant ne datent pas d'aujourd'hui, des faits qui ont déjà fait la une des journaux, des faits qui ont déjà nécessités l'élaboration et la mise en place de règlements ou de lois. Mais voilà, des directives bien souvent qui ne sont plus appliquées, plus rappelées, plus contrôlées et même plus condamnées.

Nous concernant, nous simples colombophiles, ce n'est pas l'affaire du port du voile, ni du bruit émis par les engins motorisés qui nous importe, mais bien celle du dopage récemment mis à jour chez 2 de nos "champions".

Certes ce sont des champions de concours de grand-fond, mais ne vous détrompez pas ce genre de situation pourrait s'étendre à tout autre compétition, si un jour l'on venait à s'y intéresser. D'autant plus que le récent laboratoire utilisé par les instances colombophiles Française de grand-fond, semble dévoiler des choses que d'autres laboratoires étrangers ne voyaient pas ??

Je vous laisse lire la version d'Eric Vanacker, l'un des amateurs récemment épinglé.

CONTROLE ANTI DOPAGE : Le temps est venu